Itinéraire des Châteaux et Forteresses

Bookmark Envoyer cette page Carnet de voyage
partcloudy
18/12/2017
14ºC|4ºC
Previous 1 / 1 Next
photo
Castillo de Luna
video
Castillo de Santiago.
photo
Arquitectura musulmana
photo
Castillo San Sebastián-Cádiz
photo
Castillo de Santa Catalina-Cádiz
photo
Vejer de la Frontera
photo
Castillo San Sebastián-Cádiz
photo
Castillo Jimena
photo
Castillo Castellar
/media/ photo video panoramicview image3d audio audioguide postcard background screensaver

La nécessité de défense de la région de Cadix, soumise depuis l'Antiquité à tout type d'invasions en raison de sa situation stratégique entre deux continents, nous a léguée une longue liste de constructions militaires : châteaux, tours, bastions et alcazars qui sont dispersés sur la quasi-totalité de la géographie de la région de Cadix.

Le système défensif des terres de Cadix, longtemps frontalières pendant les guerres de reconquête, dota la région de quelques fortifications, qui une fois christianisées, sont devenues les marques de reconnaissance de nombreux de ses villages. Les forteresses médiévales sont parfaitement intégrées dans les ensembles urbanistiques, à l'intérieur se succèdent des châteaux solitaires et des tours stratégiquement situées sur les monticules rocheux permettant de surveiller le danger. Tandis que sur la côte apparaissent tours crénelées, bastions et châteaux du littoral qui servirent à la vigilance devant le risque permanent d'invasions maritimes.

La très longue liste de l'architecture militaire de la région de Cadix permet une organisation intéressante des itinéraires, et leur quantité permet de prendre en compte la disponibilité temporaire du voyageur. En général, les châteaux et forteresses de la région de Cadix sont intégrés dans l'urbanisme ou dans l'environnement des différentes localités, certains ayant des horaires de visites établis. Cependant, étant donné les diverses circonstances de propriété ou d'utilisation - résidences particulières, sièges administratifs, localisation dans des propriétés à accès limité... - pour les visites, il est recommandé de s'informer auprès des différents offices de tourisme municipaux avant de commencer un itinéraire.

 

Routes

Cet itinéraire peut être réalisé en deux parcours de deux jours chacun:

L'Itinéraire des défenses maritimes

L'Itinéraire des châteaux de frontière et de l'intérieur.

L'ITINÉRAIRE DES DÉFENSES MARITIMES: DE SANLUCAR À TARIFA

Ce parcours commence à Sanlucar de Barrameda, en raison de sa situation stratégique à l'embouchure du Guadalquivir, qui détermina la défense de l'entrée au fleuve et l'accès fluvial à Séville. Ce système de fortification était constitué par les châteaux de l'Esprit Saint (XVIème siècle), aujourd'hui disparu, le château de San Salvador du port de Bonanza, aujourd'hui à demi recouvert par les dunes et, le plus important, le château de Santiago (XVème siècle) érigé par le Duc de Medina Sidonia, de style gothique il est situé sur la partie la plus haute de la ville, c'est une forteresse imposante au fort de forme carrée avec des tours carrées également.

Depuis cette date et jusqu'en 1645, elle tint le rôle de forteresse ducale, des personnages illustres y passèrent, atterrissant à Sanlucar pour sa position de port de sortie vers l'Atlantique, dès la reine Isabelle la Catholique à Colomb qui y dormit, selon certains historiens, avant de se mettre en route pour un de leurs voyages.

Saviez-vous que la reine Isabelle La Catholique vit la mer pour la première fois lors de sa visite à Sanlucar de Barrameda en 1478. Depuis les tours du château dans lequel elle logea, semblerait-il. Elle fut sans aucun doute ébahie en voyant le parc naturel de Doñana en face et l'embouchure du Guadalquivir.

Le château peut se visiter

Notre visite suivante est à seulement 8 km de Sanlucar, c'est la commune de Chipiona, une ville marinière située près de l'embouchure du Guadalquivir. Le château déclaré Bien d'Intérêt Culturel (BIC) dont la construction fut ordonnée par Guzman el Bueno (le Bon) au XIVème siècle. Son fort est de forme carrée, totalement crénelé, ses fenêtres sont en ogive et sa tour est carrée.

Vous pouvez en profiter et visiter d'autres lieux emblématiques de la ville, tel que le Sanctuaire de Regla, l'église de Nuestra Señora de la O ; mais surtout ne manquez pas la visite du fameux Phare, le plus haut d'Espagne (69m), reconstruit sur les ruines de l'ancien phare romain, il est de 1867. Vous pourrez y monter et jouir des vues.

Mais avant tout, cette ville est une importante enclave estivale, avec de jolies plages comme celle de Regla, las Canteras, las tres Piedras, Montijo, etc..., le bord de mer très animé avec ses terrasses pour déguster le fameux moscatel (vin doux) de Chipiona et la moderne marina pour pratiquer les sports nautiques.

Nous poursuivons sur la même côte jusqu'à arriver à Rota, port commercial depuis l'époque phénicienne, déclarée ensemble historique, avec un tracé urbain de rues aux maisons blanches, d'anciens arcs et de belles places. Dans cette ville, le Château de Luna (BIC) érigé au XIIIème siècle par Guzman el Bueno sur un ancien ribat (petite forteresse) arabe du XIème siècle, qui fut la résidence des Ponce de Leon et qui eut un rôle important lors de la Défense de la Baie de Cadix.

Fort de forme rectangulaire avec cinq grandes tours crénelées. Abrite une cour originale du XVème siècle avec une merveilleuse galerie d'arcades et des soubassements aux décors picturaux ; des restes de murailles du XIIème au XVème siècle sont aussi conservés, comme la Puerta de la Regla ou Chipiona, celle de Sanlucar, la Puerta del Mar.

Ne partez pas de cette localité sans avoir fait deux choses : goûter la « urta a la roteña », plat de poisson emblématique de la région et vous rendre aux « corrals de pêche », constructions probablement romaines ou arabes qui forment des enclos dans la mer comme des petites piscines, de sorte qu'à marée basse les poissons et les coquillages se font piéger, et sont capturés par les pêcheurs. Les corrals de la plage de la Almadraba sont déclarés Monument Naturel.

En suivant la côte nord de la région de Cadix, nous arrivons à El Puerto de Santa Maria, ensemble historique au bord du fleuve Guadalete, berceau du poète de la génération du 27  Rafael Alberti, ville qui pour sa situation géographique a accueilli toutes les cultures, pour preuve les quelques ruines archéologiques du Xème au IIIème siècle av. J.C dans la commune de Doña Blanca , les environs de la ville, a des époques antérieures abritèrent aussi un château médiéval de construction mudéjare dont il ne reste qu'une tour.

Mais le véritable château est à El Puerto, le château de San Marcos (X-XIVème siècle), mosquée arabe à l'origine puis église fortifiée, le roi Alfonso X parla des circonstances miraculeuses de son édification dans ses fameux « Cantigas » (poèmes chantés).

Cette localité eut un lien important avec la Découverte de l'Amérique, on raconte que Christophe Colomb lui-même résida dans le château quand il vint dans la ville pour solliciter un soutien économique du Duc de Medinaceli pour son projet de navigation. Pour continuer avec les curiosités, le marin et navigateur Juan de la Cosa, qui était d'El Puerto, dessina en 1500 le premier planisphère qui incluait les terres américaines.     

Et nous arrivons à Cadix, au système de fortification complexe construite à partir de XVIème siècle, suite au pillage par les troupes du comte Essex en 1596 et destinée à préserver la ville de futures attaques, surtout des pirates, attirés par l'important commerce avec les Indes. Le système de défense de la région de Cadix est formé de robustes murailles et bastions qui entourent le périmètre urbain dans sa quasi-totalité et composé, en suivant un itinéraire qui servira de promenade au visiteur, de :

Las Puertas de Tierra - Porte d'entrée au centre historique de la ville qui la sépare de la ville moderne. La première muraille de cette zone fut construite au XVIème siècle, en 1574 une extension fut réalisée pour la protéger avec deux demi-bastions de chaque côté, celui de San Roque et celui de Santa Elena. Elle acquit sa physionomie définitive au XVIIIème siècle. Sur la façade qui conduit à l'intérieur de la ville, une porte en marbre a été construite en guise d'arc de triomphe.

Le Torreon de Puerta de Tierra fut construit fin 1850, pour servir de tour pour la "Ligne de télégraphie optique d'Andalousie », qui permettait d'envoyer des messages du Ministère du Gouvernement de Madrid à Cadix, en presque deux heures.

En allant sur la droite de Las Puertas, nous trouvons le Baluarte de San Roque (Bastion) de 1594, qui faisait partie du Front de Terre. Le Front est constitué aujourd'hui par les Puertas de Tierra et des demi-bastions adossés contre elles, celui de Santa Elena, qui occupe le terrain d'un ermitage dont il hérita le nom et celui de San Roque, dont le nom vient aussi de l'existence d'un ermitage à cet endroit. Le bastion de San Roque était le point de départ pour le front Sud.

Si nous continuons en longeant la mer, nous arrivons à Campo del Sur, qui borde la vieille ville et permet de contempler les bastions de défense. C'est dans cette avenue que fut filmé « Meurs un autre jour » de l'agent 007, pour sa ressemblance avec la jetée de la Habana, ses maisons colorées, ses cathédrales, la nouvelle et l'ancienne; dans laquelle les romains firent leur théâtre car il n'y avait pas de meilleur endroit ; et où les arrêts sont simplement obligatoires à la tombée du jour..., ici se trouvent le bastion de Capuchinos de 1672 et le Bastion de los Martires, qui fut construit en 1676 et déclaré Bien d'Intérêt Culturel en 1993 par le Conseil Régional d'Andalousie.  

Et nous atteignons la plage de La Caleta protégée par deux châteaux, celui de Santa Catalina des XVI-XVIIème siècles son fort pentagonal forme une étoile à trois pointes orientée vers la mer, avec une porte encadrée par deux demi-bastions et un fossé. C'est actuellement un centre culturel consacré aux expositions, concerts, etc. il est donc ouvert aux visites. Il servit de cadre pour tourner les scènes de plusieurs films, « Meurs un autre jour » de James Bond, « Alatriste »...

Le second château, celui de San Sebastian achevé au XVIIIème siècle, est face à la plage sur un îlot communicant par une petite jetée, d'après ce que raconte la tradition (citée par Estrabon) il y avait un temple dédié à Baal, dieu phénicien associé à Kronos. Il date de 1457, quand un groupe de vénitiens y était réfugié suite à une épidémie, sa tour de guet est de l'époque musulmane. En 1613 la tour est reconstruite et en 1706 la construction du château commence. Actuellement en réhabilitation, en 2012 il sera converti en centre emblématique pour la célébration du Bicentenaire de la Constitution de 1812.

Plus loin sur le parcours, en arrivant à Alameda Apodaca, nous apercevons le Bastion de Candelaria situé face à l'église du Carmen, il fut construit en 1672 sous l'ordre du gouverneur de l'époque afin de protéger l'entrée au port de la ville ; réhabilité à plusieurs occasions à cause de la mer, c'est aujourd'hui un centre d'activités culturelles, sur sa façade extérieure un bar-café avec terrasse permet de faire une pause et de reprendre des forces.

À la sortie de La Alameda, belle promenade dans un jardin plein de plantes, arbustes et arbres venus d'Amérique comme les deux gros ficus centenaires, se trouve le bastion et les murailles de San Carlos, construit en 1784, il contenait 55 voûtes et protégeait l'entrée du port.

De là nous partons en direction de San Fernando et Chiclana, le Château de San Romualdo récupéré, d'ascendance musulmane, une construction simple, un fort de forme rectangulaire avec cour centrale, à San Fernando, et celui de Sancti Petri (XVIIIème siècle) à Chiclana, situé dans l'île mythique du même nom, où se trouvait le temple aux dieux Melkart, et qui inspira sa composition au musicien de Cadix Manuel de Falla « La Atlantida », clôturent les défenses de la Baie de Cadix à sa limite sud-est.

En continuant la côte atlantique, si malmenée par les incursions pirates et barbaresques, nous découvrons dans la commune de Conil de la Frontera, une succession de tours - Roche, Castilnovo, La Atalaya...- qui contribuaient, par leurs signaux de feu, fumée ou artillerie, à défendre la zone d'assauts de tout genre. Le château de Conil dont la construction fut ordonnée par Guzman El Bueno au XVIème siècle, celle qui fut sa Torre del Homenaje (Tour de l'Hommage) de forme carrée et couronnement crénelé, bien que très transformée lors des diverses étapes de restauration, a gardé tout son charme.

En nous déviant des abords de la côte, Vejer, sur une petite colline, présente un ensemble fortifié qui s'est adapté à l'orographie difficile du terrain sur lequel se trouve la localité. Les murailles de Vejer sont encadrées par les tours de Mayorazgo, de la Corredora ou de las Castrillones, et celle de San Juan ; ses portes sont les dénommées Sancho IV, de la Villa, Cerrada et celle de la Segur. Sur la partie la plus élevée de la commune, le château gardien, au fort de forme rectangulaire, avec trois grandes tours et sa cour des armes, conserve son unique porte d'accès datant du XIème siècle.

L'obligation de défendre les activités de pêche et de madragues, qui furent propriété des ducs de Medina Sidonia, nécessita la construction de refuges fortifiés près de la côte. Le château appelé Almadraba (XVIème siècle), à connotations cervantines, à Zahara de los Atunes, près de Barbate, où prolifèrent aussi les tours crénelées solitaires - El Tajo, Caños de Meca et Cabo de Trafalgar -, est une nette démonstration de ce type de constructions, de plus l'intérieur était conçu comme une usine, dans laquelle les pêcheurs préparaient le produit de la pêche avant de le distribuer aux divers marchés. Aujourd'hui, ça n'a pratiquement plus rien à voir.

En arrivant à la fin de cet itinéraire, nous atteignons Tarifa, avec sa situation stratégique sur le Détroit de Gibraltar, qui joua un rôle déterminant dès l'arrivée des musulmans dans la Péninsule. Au Xème siècle, à l'époque d'Abderrahmane III, lorsque la ville acquit sa configuration définitive, furent construits l'enceinte muraillée et un énorme château qui atteindra une renommée légendaire grâce au geste héroïque de Guzman El Bueno, la forteresse et plus concrètement la tour dans laquelle eut lieu le fait historique, portera son nom.

Le Château de Guzman El Bueno conserve sa ceinture de murailles, de grandes tours et de portes, c'est une structure de construction parmi les mieux conservées d'Europe, reflet de l'architecture militaire classique lors de l'étape calife. Mais le plus spectaculaire, ce sont les vues du Détroit, avec l'Afrique au fond...de luxe.

L'ITINÉRAIRE DES CHÂTEAUX DE FRONTIÈRE ET DE L'INTÉRIEUR.

Cet itinéraire qui parcourt tout l'intérieur de la région propose deux circuits différents ; le premier traverse les terres vers la Sierra du nord et le second trace la frontière qui divise la région en deux parties, la musulmane et la chrétienne.

Nous commençons par le premier itinéraire qui nous amène directement à Medina Sidonia, au centre de La Janda intérieure, ensemble historique qui conserve de belles ruines de ses fortifications médiévales qui nous démontrent l'importance qu'atteignit cette localité, d'ascendance très ancienne, durant la période musulmane. De l'ancien Alcazar, sont encore parfaitement identifiables ce que fut la Torre del Homenaje, aujourd'hui connue sous le nom de Torre de Doña Blanca, et trois de ses portes principales : l'Arc de la Pastora, le plus significatif des accès, l'Arc de Belen, qui conduit au centre médiéval de la ville, et la Puerta del Sol, près de ce que fut le Palais Ducal de Medina Sidonia.

Avant de partir n'oubliez pas de goûter la gastronomie et surtout la pâtisserie, ses gourmandises d'origine arabe sont sa marque, dénomination géographique protégée, le Alfajor de Medina.

Sur le chemin vers le parc naturel de los Alcornocales, nous rencontrons dans un premier lieu, le fameux Château de Gigonza, sur la route de Medina Sidonia à Arcos, à environ 10 kilomètres de Paterna de la Rivera. D'origine arabe, cette forteresse - dont l'arc d'entrée porte le blason de la maison d'Arcos - est composée par la cour des armes et le château proprement dit, avec un fort de forme carrée et des éléments architectoniques mudéjares et de la Renaissance.   Étant privé il est impossible de visiter l'intérieur. C'est dommage.

De là, nous nous dirigeons à Jerez de la Frontera, avec son magnifique Alcazar d'origine almohade qui fut la résidence des califes sévillans et le siège des gouverneurs chrétiens après la chute de la ville aux mains du roi Alfonso X. Parmi ses dépendances, figurent la mosquée christianisée, les bains arabes et les jardins entretenus. De son apparence extérieure, ressortent sa tour octogonale caractéristique, la Torre del Homenaje et celle de Ponce de Leon, cette dernière ajoutée à une époque largement ultérieure à la construction initiale au XVIIIème siècle. Actuellement, sa chambre noire rend sa visite attractive.

Vous devez profiter de l'occasion d'être à Jerez pour visiter cette magnifique ville, goûter une bonne coupe de jerez accompagnée de ses excellentes tapas ; assister à un spectacle unique de chevaux danseurs, qui ne sont pas les seuls à danser à Jerez, toute sa population en fait de même, ce n'est pas pour rien que c'est un des berceaux du flamenco, cet art Patrimoine de l'Humanité ; se promener à la Feria du Cheval, en mai, ce magnifique spectacle de lumière, de couleur et de musique. Cette ville offre une multitude de sensations et d'expériences très spéciales.

Et nous nous dirigeons vers la Sierra de Cadix, où les châteaux nous apparaissent plus clairement. A Arcos de la Frontera, porte d'accès à l'Itinéraire des Pueblos Blancos de la région montagneuse, sa forteresse, siège d'un ancien royaume taifa (royaume espagnol au début du XIème siècle) puis la résidence de la famille des Arcos, seigneurs de la ville, occupe, près de la Place del Cabildo, la plus élevée de cette localité singulière.

Son fort est de forme carrée avec des tours crénelées à ses angles, parmi elles celle del Homenaje et la tour appelée du Secret, le château d'Arcos conserve une bonne partie des éléments de construction à l'origine de sa splendeur passée. Il peut être contemplé à partir de l'extérieur mais il est impossible de le visiter car il s'agit d'une bâtisse privée.

Lors d'une visite les jours précédant Noël, vous pourrez voir une des manifestations culturelles les plus singulières de ce joli village blanc perché sur un rocher, sa Crèche Vivante à laquelle participe tout le village et qui représente les scènes de Noël les plus traditionnelles. Mais durant toute l'année vous pourrez visiter ses merveilleuses cours du style andalous le plus pur.

HORAIRES : Lundi à Vendredi : 12.00 et 18.00 (Samedis, avec réservation préalable)

En suivant la sierra nous arrivons à Bornos, un bel exemple de château reconverti en palais, il servit de résidence au Marquis de Tarifa, à qui il doit l'incorporation d'éléments architectoniques de la Renaissance au XVIème siècle, spécialement visibles dans sa cour des colonnes et dans ses magnifiques baies. Situé dans le centre de la localité, ce château-palais de los Ribera, renferme des jardins très bien entretenus et conserve la robuste Tour del Homenaje datant de sa construction médiévale initiale.

Le château d'Espera, nommé Fatetar (XIII-XVème siècle) situé sur la colline du même nom, une forteresse très ancienne rajeunie par les arabes et conquise par Alfonso X à laquelle serait adossée l'ermitage de Santiago. Conserve une partie de sa muraille, la Tour del Homenaje et les citernes souterraines. Peut être visité ainsi que le Musée archéologique, dont les fonds sont en rapport avec le monde funéraire ibéro-romain du site archéologique voisin de l'époque romaine, « Carissa Aurelia ».

Le Château de Matrera se situe sur la colline del Pajarete, dans la localité voisine Villamartin, de grande activité guerrière pendant la conquête du Royaume de Grenade, sont à peine conservées la cour des armes et la tour del Homenaje, mais il ne peut pas être visité. Ce premier itinéraire s'achève ici.

Notre second itinéraire débute dans le parc naturel de Los Alcornocales, les localités de Jimena et Castellar de la Frontera, les deux situées à l'intérieur de Campo de Gibraltar, nous présentent chacune des exemples de forteresses que nous pouvons considérer comme faisant partie des plus intéressantes de la région de Cadix. A Castellar de la Frontera, la forteresse (des XII-XVème siècles), extraordinairement bien conservée, atteignit son envergure maximale sous la période nasrides.  De tracé irrégulier et encadrée par des tours, il faut noter la porte d'accès ou Arc de la Ville et l'alcazar - palais aujourd'hui converti en un hôtel charmant. À l'intérieur du château se trouve un des rares exemples existants de centre habité au sein d'une fortification, nommé Castellar Viejo (Vieux Castellar) avec son tracé sinueux de rues propres et blanchies à la chaux, conserve son aspect médiéval.

Le Château de Jimena,  des XIIIè et XIVème siècles (BIC) sur la colline de San Cristobal, est une construction musulmane soumise à des rénovations ultérieures, sa magnifique façade se maintient toujours debout avec la Tour de l'Horloge, curieuse tour circulaire et ses murailles crénelées. Ce village chaque année, célèbre au mois de juillet le Festival International de Musique qui surprendra par la qualité de ses participants, les scènes dans les espaces naturels et dans le magnifique Ensemble Historique de la ville.

Ces deux communes en plein parc naturel offrent de nombreuses activités de tourisme actif, comme la randonnée, le cyclotourisme, les promenades à cheval, etc.

En poursuivant vers le Nord, nous arrivons de nouveau à la Sierra, dans ce cas sur sa partie sud, nous passons par les villages de montagne Ubrique, capitale du cuir qui jouit d'un grand prestige international, de fait les grandes marques Dior, Loewe, Gucci, etc...se fournissent des pièces élaborées dans ce village artisanal. Et par Villaluenga del Rosario, le plus petit village de la région mais aussi le plus haut, où vous pourrez voir l'usine des fameux fromages payoyo, originaires de cette sierra.

Et nous arrivons ainsi à l'un des villages les plus spectaculaires de cette province, Zahara de la Sierra. L'image la plus connue de Zahara de la Sierra lui vient de la gracieuse Tour del Homenaje de son château (XIII-XVème siècle), perché sur un rocher escarpé d'accès compliqué qui domine le petit village blanc à la physionomie médiévale si marquée.  Le voyageur peut aller voir la tour s'il ose monter sur le rocher, avec patience et un bon rythme il y parviendra.

À l'intérieur du parc naturel Sierra de Grazalema, plusieurs activités et sports dans la nature sont proposées, en été il faut en profiter pour se baigner à sa « plage », il s'agit bien-sûr d'une plage artificielle dans le barrage de Zahara.

Torre-Alhaquime et Setenil de las Bodegas, deux communes de Cadix situées à la limite nord-est, avec la province voisine celle de Malaga, conservent quelques restes de leurs châteaux respectifs. Dans celui de Setenil, couronnant la partie la plus élevée de la ville, survit encore la silhouette bien profilée de sa tour del Homenaje (XII-XIIIème siècles). Bien que le réel charme de cette ville soit la singularité de sa trame urbaine, maisons encastrées dans la roche, en haut ou en bas de celle-ci.

Ce second itinéraire se termine par la sierra du nord à Olvera, c'est son château de l'époque nasrides (XIIème siècle) le monument qui couronne cette localité et détermine sa caractéristique silhouette montagneuse. La forteresse est une construction au fort triangulaire allongé, sa tour del Homenaje, ses murailles avec ses chemins de rondes et quelques-unes de ses grandes tours sont conservées en bon état. Une visite au Musée La Frontera et los Castillos, situé dans la magnifique bâtisse de l'Hotel de Ville, permettra au visiteur de connaître l'important rôle de frontière que joua la montagne de Cadix dans le royaume nasrides.

Et avant de partir, souvenez-vous que précisément cette zone nord de la sierra, Algodonales, Setenil, Olvera, Zahara, est productrice d'huile d'olive vierge d'appellation d'origine sierra de Cadix et que ce sont d'excellentes huiles artisanales.

 

Plus d'informations

VISITES DES CHÂTEAUX ET FORTERESSES DE LA PROVINCE DE CADIX

Chiclana de la Frontera

Château de Sancti Petri

Situation : Face à l'ancien village de Sancti Petri, Chiclana

http://www.castillosanctipetri.com

Chipiona

Château de Guzman el Bueno

Situation : c/ Castillo 5

Tel : 956 92 90 65

Visites : De mardi à dimanche 10.00 à 14.00, seulement centre d'interprétation.

El Puerto de Santa María

Château de San Marcos

Situation: plaza Alfonso X el Sabio s/n

Tel : 956 85 17 51 / 627 56 93 35

Visites:

http://bit.ly/2sEsUNi 

Rota

Château de la Lune

Situation: avenida Mancomunidad Bajo Guadalquivir, 3

Tel : 956 846 288

Visites : Visites guidées gratuites inscription préalable. Démander à l'Office de tourisme.Tlf. 956 84 63 45 / 956 84 13 52

Sanlúcar

Château de Santiago

Situation : Plaza del castillo de Santiago

Tel : 956 088 329 // 637 834 846

Visites : de mardi à samedi 10.00h à 21.30h. Dimanche et lundi de 10.00h à 15.00h et de 19.00h à 21.30h

Tarifa

Château de Guzman el Bueno

Situation: c/ Guzmán el Bueno, s/n

Tel : 956 680 993

Visites : De mardi à samedi 11.00-14.00h et 16.00h-18.00h. en été de 11.00h à 14.00h et de 18.00h à 20.00h

Dimanche de 11.00h à 14.00h. Lundi fermé.

Jerez de la Frontera

Alcázar

Situation: c/ Medina 19

Tel: 956 14 99 55/56

Visite :

Alcazar ouvert tous les jours de lundi à dimanche sauf les 1er et 6 janvier et 25 décembre.
- Novembre, décembre et janvier: de 9.30 à 15.00 (Entrée jusqu'à 14.30)
- Février mars, avril, mai, juin, 1è quinzaine de juillet, 2è quinzaine de septembre et octobre : de 9.30 a 18.00 heures. (Entrée jusqu'à 17.30) - Du 16 juillet au 15 septembre : de 9.00 à 20.00. Samedis et dimanches, de 9.00 à 15.00 (Entrée jusqu'à 14.30) Semaine Sainte et Salon du Cheval de 9.30 à 15.00 et tous les samedis et dimanches de l'année.
Important : Dernière entrée une demi-heure avant la fermeture, c'est la dernière session

Bornos

Château-palais de los Ribera

Ouvert tous les jours de 9.00 à 19.00/21.00 l'été

Confirmer à l'Office de Tourisme. Tel:956728264

Espera

Château de Fafetar

Situation : colline de Fafetar

Visites :Accès libre

Tel : Office de tourisme - 956720432

Olvera

Château Nasrides

Situation: Plaza de la Iglesia s/n

Tel : 956 120 816

Visites : l'hiver de mardi à dimanche de 10.30 à 14.00 et de 16.00 à 18.00

L'été de mardi à dimanche de 10.30 à 14.00 et de 16.00 à 19.00

 

Itinéraires

Route GPS

Carte

X
No corresponding geographic location could be found for the specified addresses. Check the address and try again. Impossible d'obtenir la demande de directions.
-6.43180847078 36.0149490995 -5.17548322606 36.9348685254 /media/markers/603dfa431a26611521cdd9a112e4c46d.xml 1 0 36.851362 -5.753321 8
Updating map ...

Qu’y a-t-il dans les environs?

Click to zoom and see %count more logement /media/icons/accommodation_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more gastronomie /media/icons/restaurant_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more Visites culturelles /media/icons/visit_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more terrains de golf /media/icons/course_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more plages /media/icons/beach_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more schools /media/icons/school_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more magasins /media/icons/shop_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more Services d'information /media/icons/touristinformation_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more espaces naturels /media/icons/naturearea_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more Loisir /media/icons/nightplace_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more Parcs de loisirs /media/icons/park_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more events /media/icons/event_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more base conventions /media/icons/baseconvention_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more Activité sportive /media/icons/sportfacility_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more flamenco places /media/icons/flamencoplace_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more health and beauty centers /media/icons/habcenter_icon_map_cluster.png Click to zoom and see %count more routes /media/icons/route_icon_map_cluster.png